De Pahia à Auckland, entre mer et forêt tropicale, le Northland sauvage !

Programme de début d année relativement simple, comme celui des dernières semaines, aller toujours plus au sud !

Après une escale à Pahia pour laisser le père Noël me délivrer ses grâces, j ai repris la route en enchaînant forêts, sentiers côtiers, spots de surf secret, remontées de rivières en pleines forêts tropicales et autres plages infinies…

De bien bonnes réjouissances, légèrement attaquées par instant par ces petites joies du trail, ampoules, coup de soleil, détours absurdes par des parcelles agricoles remplis de taureaux, et autres sentiments de fatigues lorsque tu traverses une parcelle de forêts venant d’être « récoltée » ressemblant à un champ de bataille après le passage d’un B52.

Pleins de nouvelles plantes ont fait leur apparition ! Et surtout, la saison avançant, certaines plantes entre en fructification !

Du palmier aux fleurs juvéniles comestibles en passant par des tentatives de thé au Manuka entrecoupé de tempête tropicale, voici en image la suite des aventures :

Et bien sûr, la carte des différents lieux, plantes et endroits remarquables est téléchargeable ici :

https://drive.google.com/file/d/1Oz6FDLTVPUZr0QZzIv79-igELGGIl2NB/view?usp=drivesdk

Enjoy et bon debut d’année 2018 !

Northland forests

Aaah de la forêt enfin !

Après 4 jours à brûler sur la plage l ombre fut plus qu’appréciable ! Bon, hormis le fait que j ai commencé à sérieusement peler du bout du nez, les choses avancent considérablement pour le mieux !

Alors tout d’abord, dès le premier pas fait en forêt la biodiversité est stupéfiante, d autant plus lorsque tu arrives de plusieurs jours de calme relativement plat, ou de biodiversité plus discrète.

Beaucoup de plantes vertes comestibles ont fait leur apparitions au cours de la traversée des différentes forêts. Des apex de lianes comestibles aux frondes de fougères au goût d escargot, il y a de la ressource.

Très clairement il y a encore une marge de progression infinie, mais il y a déjà nettement plus de matières à grignoter.

Lors de la dernière semaine je me suis limité aux plantes crues, l étape suivante sera d essayer d en cuisiner quelques unes. L’idéal serait de trouver quelques jeunes pousses de pikopiko pour les faire un peu bouillir et voir ce que ça donne, ou alors s’intégrer du hangehange dans une pâte à pain sommaire pour continuer l expérience.

En attendant, kawakawa, fougères diverses et variées, et autres plantes des sous-bois sont marquées et partagées sur le GPX téléchargeable ici :

https://drive.google.com/file/d/1mUm_gkl9M2z20Xxvlk6EwlsW3dim2lnf/view?usp=drivesdk

Et voici le lien vers la vidéo des derniers jours permettant de voir tout ça de vos propres yeux !

Si cela vous plait n hésitez pas à vous abonner à la chaîne YouTube pour être tenu au courant des derniers upload, ou encore au compte Instagram de l aventure étant plus régulièrement mis à jour : https://www.instagram.com/_hereandwow_/

Amusez vous bien sur les sentiers !

Enjoy

Ninety Miles Beach

Les quatres jours de traversée nécessaires pour atteindre Ahipara, au terme de la Ninety Miles Beach était long voir interminables à bien des moments, mais l’aventure était au rendez vous !

Des paysages à couper le souffle et l’impression d être catapulté au milieu d’un désert sans fin, à remplir ses journées à suivre une ligne droite interminable entre mer et dune, superbe expérience.

Ok, la monotonie peut rapidement jouer très méchamment sur les nerfs, et l’extrême répétition de la marche à le don de faire naître des ampoules et des nouvelles douleurs là où tu ne t’y attendrais pas.

Mais il y a ce truc étrange, cet espèce d immense calme intérieur qui apparaît après 30 km de ligne droite lorsqu enfin tu jettes ton sac à terre.. quelque chose de l ordre du calme après la tempête, ou juste les bienfaits collatéraux d’avoir était contraint de céder devant quelque chose contre lequel seul la patiente peut venir à bout…
Tout ça pour dire que ce n’était pas vraiment une panacée niveau plantes entre kelp pourri et cadavre de raie, mais que les dunes regorgées cependant de new zealand flax ou harakeke contenant un nectar sucré à leurs bases (très bon bien qu’un peu piquant selon les spécimens) ainsi qu’une gomme un peu amère à la base des feuilles.

Il y avait aussi du pingao mais qui est une espèce protégée, ainsi que du kanuka, mais pas de quoi se nourrir avec quelques tisanes..

Cependant l’expérience valait vraiment le détour!

Le relevé de tout ce que j ai trouvé en cours  de route est accessible ici ->

https://drive.google.com/file/d/1EJPkEJGdxQ4CyLRs8UBbMDEPVzWzO0Md/view?usp=drivesdk

Également voici la vidéo permettant d illustrer tout ça !

See you pour l étape suivante, les forêts de Kauri géants du Northland !